Hors d’eau, hors d’air, maître d’œuvre, maître d’ouvrage…
Le jargon de la construction regorge de mots techniques, abréviations et autres termes peu courants dans notre langage quotidien.

 

Pendant les travaux et lors des différents rendez-vous avec votre constructeur, le vocabulaire utilisé pour expliquer l’avancement du chantier pourrait vous paraître obscur. Pour maîtriser ce nouveau langage, voici un petit récapitulatif des termes souvent employés et de leur définition.

 

Avant de construire
Du côté des acteurs à l’origine de la construction, on distingue le maitre d’œuvre du maître d’ouvrage. Le premier est en fait assimilé au constructeur : c’est à lui que revient la tache de suivre l’avancement des travaux pour le compte de son client, le maître d’ouvrage.

Le maitre d’ouvrage est donc le commanditaire et le futur propriétaire de la maison. Son rôle consiste à confier la conception de son pavillon à un professionnel et à veiller au respect des plans de construction qu’il aura choisi.

 

Côté acronyme, on ne présente plus le CCMI, que vous signez lorsque vous vous engagez dans un projet immobilier, ni la RT 2012 ou 2020, qui encadre la réalisation de votre habitation pour la rendre plus économe en énergie.

 

Si vous connaissez le terme POS, pour Plan d’occupation des sols, peut-être savez-vous que ce règlement a été remplacé par le PLU ? Ce document public fixe les règles d’aménagement urbain dans votre commune et vise à développer harmonieusement le territoire. Le PLU mentionne également les aménagements futurs, comme la construction de routes, de commerces ou de zones industrielles… Bref, il est important de le consulter avant de déposer votre permis de construire pour vous éviter de mauvaises surprises à l’avenir.

 

Sur le terrain
Côté chantier, votre constructeur vous indiquera régulièrement l’avancée du « gros œuvre ». Ce terme englobe l’ensemble des structures porteuses de votre pavillon, comme les fondations, les murs, la charpente, la toiture… Bref, tout ce qui constitue votre maison et qui lui permet de tenir debout.

 

À mi-parcours des travaux, votre maison sera aussi mise hors d’eau et hors d’air. Dans le premier cas, cela sous-entend que le toit a été posé, protégeant ainsi votre habitation contre les intempéries. On parle ensuite d’un bâtiment « hors d’air » quand ce dernier est isolé de l’extérieur après que les fermetures (portes et fenêtres) aient été installées.

 

Ces quelques mots de vocabulaire vous permettront de mieux comprendre vos futures visites de chantier ou de déchiffrer vos contrats et engagements. Quoi qu’il arrive, n’hésitez pas à interroger votre constructeur si jamais vous souhaitez avoir un éclairage sur un terme spécifique à la construction.